Des étudiants avec des drapeaux LGBT se sont joint aux manifestations qui ont lieu à Istanbul contre la nomination d’un recteur, membre du parti de M.Erdogan, à l’université Boğaziçi. En réponse le gouvernement turc a attaqué la communauté LGBT, les a qualifié de “pervers” et a nié leur existence.

Journaliste londonien John Lubbock, dans un article à Ahval intitulé “Turkey’s LGBT community is being used as a political football” rappelle les usages homosexuels admis dans la société ottomane dont le président turc se prévaut d’être l’héritier:

“Peut-être oublie-t-il son histoire ottomane ? Peut-être n’a-t-il jamais entendu parler de l’amour du sultan ottoman Mehmet le Conquérant pour un prince roumain particulièrement séduisant appelé Radu la Foire, ni de son penchant à ajouter des jeunes hommes à son harem de concubines.

Lubock poursuit ” La musique populaire turque, bien que sous la coupe de la culture patriarcale, a toujours été spectaculairement campée, par des stars de la pop comme Tarkan, qui présentent aujourd’hui une image plus traditionnellement masculine qu’il y a 20 ans”.

Il fut un temps, en effet, où le gouvernement n’était pas aussi puritain et conservateur qu’il ne l’est aujourd’hui. L’AKP (parti fondé et présidé par M.Erdogan) “avait en fait courtisé la communauté LGBT. À Istanbul en 2014, j’ai rencontré des partisans homosexuels de l’AKP, qui ont insisté sur le fait que Erdoğan avait été bon pour les homosexuels. Je me demande ce qu’ils pensent maintenant.”

“(…) Erdoğan n’a pas toujours eu autant de prévention à l’égard de la communauté LGBT. En 2016, il a été photographié en train de dîner avec le chanteur trans et partisan de l’AKP Bülent Ersoy, qui après avoir changé de de sexe dans les années 80 et qui, depuis, continue de mener une brillante carrière musicale en Turquie. Lors de son accession au pouvoir en 2002, M. Erdoğan a promis aux LGBT qu’il protégerait leurs droits. Ainsi, à son accession à la mairie d’Istanbul il a envoyé en 1996 une couronne de fleurs à un parti LGBT.”

Cela ne l’a pas empêché d’interdire la Gay Pride qui avait attiré plus de 100.000 personnes en 2014 à Istanbul.

Lubock ajoute:”Maintenant, bien sûr, Erdoğan ne se soucie pas d’attirer un public plus libéral, car il n’a pas besoin de convaincre qui que ce soit qu’il est un conservateur modéré. Il est au pouvoir depuis près de 20 ans maintenant, et peut-être que le pouvoir l’a changé, ou peut-être que sa tolérance n’a toujours été qu’une performance décrétée pour gagner le pouvoir et la confiance des anciennes élites plus laïques de la Turquie.

Tout comme ce qui s’est passé avec les manifestations de 2013 à Gezi Park, le gouvernement intensifie cette semaine la rhétorique extrême contre ses opposants, les accusant d’être des terroristes, des pervers, des pillards, des agents étrangers, ou tout ce qu’ils pensent pouvoir faire avec leur base.

Le journaliste conclut: L’histoire de la façon dont l’AKP a traité la communauté LGBT en Turquie est un microcosme de sa trajectoire politique et morale en général. Ils ont travaillé dur pour cultiver une image d’inclusion dans les années 90, qui offrait aux groupes traditionnellement marginalisés comme les Kurdes et les homosexuels la possibilité de progresser. Mais ils ont jeté ces groupes sous le bus au cours de la dernière décennie, alors qu’ils se repliaient vers le nationalisme et l’autoritarisme traditionnels, que les anciennes élites laïques de Turquie utilisaient pour garder le pouvoir.

John Lubbock est un écrivain et cinéaste londonien. Il a travaillé pour le Bahrain Center for Human Rights et Wikimedia UK. Il écrit sur la politique, la culture et la société britanniques et turques