Dans un courrier électronique adressé au journal Ahval (23 janvier 2021) le Département d’Etat américain s’est exprimé au sujet de deux prisonniers politiques, l’ancien chef du Parti démocratique du peuple (HDP), Selahattin Demirtaş, et l’homme d’affaire-philanthrope Osman Kavala: “Les Etats-Unis continuent à suivre ces affaires de très près”,(…) Nous restons gravement préoccupés par cette affaire et par un certain nombre d’autres mises en accusation de la société civile, des médias, des dirigeants politiques et des hommes d’affaires en Turquie, ainsi que par leur détention préventive prolongée”.

L’acquittement de Kavala dans l’affaire Gezi Park vient d’être annulé le 22 janvier.

Le message déclarait également “Nous continuons d’exhorter la Turquie à respecter ces libertés fondamentales et à résoudre cette affaire rapidement et équitablement. (….)

Le 21 janvier 2021, les membres du Parlement européen ont demandé instamment à Ankara la libération immédiate et inconditionnelle de Demirtaş, conformément aux décisions de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Dans cette première déclaration publique concernant la Turquie le Département d’Etat américain a fait écho à la résolution du Parlement européen du 21 janvier, en indiquant : ” Nous avons pris note de la résolution du Parlement européen du 21 janvier, ainsi que de la décision contraignante de la Cour européenne des droits de l’homme de décembre pour la libération de Selahattin Demirtaş. La détention temporaire de Demirtaş a été “longue et illégale”, ont noté les législateurs dans la même résolution. Demirtaş a été arrêté avec d’autres députés du HDP le 4 novembre 2016 en raison de liens présumés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe militant illégal engagé dans un conflit interne avec la Turquie depuis 1984.