in. Courrier International, 21/01/2021 ICI

“La presse progouvernementale conspue le projet de loi “confortant les principes de la République” et se félicite que deux fédérations turques aient refusé d’apposer leur signature à la “charte des “Principes de l’Islam””

Alors que la loi “confortant les principes de la République” est en discussion à l’Assemblée, la “charte des principes” de l’islam,
voulue par les pouvoirs publics français, a été adoptée dimanche 17 janvier, par 5 des 9 fédérations qui compose le Conseil
français du culte musulman (CFCM). Une nouvelle que n’apprécie guère la presse progouvernementale turque, qui critique aussi violemment le projet de loi “confortant les principes de la République” (ancien projet de loi contre les séparatismes) :
“Dans les lieux de prière, sur l’éducation, ou sur Internet, on s’attaque de tous les côtés à la vie des musulmans, on les ostracise et on restreint leurs libertés”, s’indigne le quotidien islamiste Yeni Akit, qui considère que cette charte s’inscrit dans “la persécution française contre les musulmans et la guerre contre l’islam menée par l’administration Macron”.

Dans le contexte du timide apaisement des relations entre les dirigeants des deux pays, aucune déclaration officielle n’est venue critiquer la signature de la “charte des principes” de l’islam ou le projet de loi, mais les journaux proches du pouvoir sont unanimes dans leurs condamnations, à l’image du quotidien Sabah, qui dénonce un texte “fasciste qui vise à effacer la religion
et la culture des musulmans”. Le journal s’offusque notamment des restrictions apportées à l’éducation des enfants à domicile et des règles concernant le financement des mosquées et préconisant l’obligation de déclarer les financements en provenance de l’étranger dès qu’ils dépassent la somme des 10 000 euros.

Les amendements proposés au projet de loi par les députés LREM Aurore Bergé et Jean-Baptiste Moreau visant à interdire le port du voile “aux petites filles” et qui ont finalement été jugés irrecevables en commission, ont également déclenché une levée de boucliers. “Islamophobie en France : ils veulent interdire le port du voile aux moins de 18 ans”, titre ainsi un article de Diyanet Haber, la gazette officielle du ministère des Affaires religieuses. Enfin, la presse conservatrice applaudit la révolte des deux fédérations islamiques turques contre la charte : “La gifle des Turcs face à Macron qui tente d’empêcher les musulmans de vivre leur religion”, se réjouit le journal Takvim, qui précise que le Comité de coordination des musulmans turcs de France (liée au ministère des Affaires religieuses) et le mouvement Millî Görüs (une association proche de l’idéologie des Frères musulmans), 2 des 9 fédérations du Conseil français du culte musulman, ont pour le moment refusé de signer le texte. ––