lepetitjournal.com, 23.11.2020, Marie Meister

Diffusée sur Netflix depuis le 12 novembre, “Bir Başkadır”* est une série dramatique et sociale de 8 épisodes, écrite et réalisée par Berkun Oya. Depuis sa sortie, la série n’a cessé de faire parler d’elle sur les réseaux sociaux et de nombreux articles lui ont été consacrés dans la presse. Elle est à présent en première position dans le TOP 10 des productions les plus regardées sur Netflix en Turquie, et continue d’être au cœur des discussions.”

“La série, qui présente une véritable mosaïque de la société turque actuelle et de ses problématiques, met en scène la vie d’un groupe de personnes aux conditions socio-culturelles et économiques très différentes, dans la métropole animée d’Istanbul. Les destins de ces personnages vont se trouver entremêlés et certains vont s’affronter.

Grâce au rythme particulier de la série, le spectateur va pouvoir suivre intimement la vie de Meryem, Ruhiye, Yasin, Peri, Güblin, Hayrunissa, Ali Sadi Hoca et Sinan, personnages qui ont chacun leurs propres problèmes et se retrouvent confrontés à leurs angoisses et contradictions. Mais ils vivent des vies très différentes, et à travers eux, deux mondes sont représentés à l’écran. D’une part une Turquie conservatrice, modeste, et guidée par la religion, face à une Turquie moderne, laïque et plus aisée, plutôt tournée vers les études et la culture. Deux mondes qui cohabitent, mais qui se divisent face à des croyances et modes de vie différents. 
D’emblée, avec Meryem et Peri, ces deux mondes vont s’opposer dès la scène d’ouverture. Les deux femmes se parlent mais ne s’écoutent pas vraiment, les préjugés et la peur les en empêchent. La série montre alors l’intolérance et l’incompréhension l’un envers l’autre de ces deux univers.

Le jeu d’acteur a été fortement applaudi et le format de la série très apprécié. En effet, le rythme de la série est très différent des séries dramatiques turques habituelles. D’une part, car les épisodes sont de 45 minutes, contrairement aux séries dramatiques typiques qui durent environ deux heures. D’autre part, car le rythme de la série se veut plutôt lent, pour mieux nous plonger dans la compréhension des personnages et de leur intimité, si bien que le spectateur se sent proche d’eux. Un rythme, de plus, illustré par une très belle photographie et une bande son touchante.

On ne vous en dit pas plus et on vous laisse visionner la bande-annonce sur Netflix

Si vous avez déjà regardé la série, partagez vos impressions en commentaire !” 

* Bir baskadir signifie “c’est différent”. Cela peut également être utilisé pour qualifier une personne “d’unique”.

Marie Meister Diplômée en Évènementiel, médiation et ingénierie de la culture mais également photographe, Marie est tombée sous le charme d’Istanbul où elle ne cesse de revenir afin de se nourrir de nouvelles expériences et connaissances.