Présentation de l’ouvrage Le Retour Du Prince de Vincent Martigny, Flammarion 2019

Par Fidan Mirhanoglu, doctorante à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8

“Martigny a rédigé son livre Le retour du Prince bien avant cette période difficile du Covid 19 puisqu’il l’a publié en 2019. Il y parle de Obama, de Macron, Trudeau, Trump, Salvini, Erdogan. Il analyse le destin des citoyens dans un monde dominé par des « chefs » y compris dans les démocraties contemporaines.

Son ouvrage se distribue sur sept chapitres introduits par un titre intrigant « Bigger than life ». Il y confie son goût développé dès l’enfance pour la politique. Il utilise tantôt une langue philosophique, tantôt ironique mais surtout un style fluide et beaucoup d’anecdotes historiques empruntées au Prens de Machiavel. Il souligne que son livre Le Retour du prince traite d’un paradoxe. « Alors que notre époque se caractérise par un désir d’horizontalité politique sans précédent, nous demeurons englués dans l’incarnation. Macron, Merkel, Erdogan, Modi, Trudeau ou Trump organisent, plus que jamais, le jeu. Politique mondiale. Dans les régimes autoritaires ou dictatoriaux, la vénération du chef est la norme.  Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Xi Jinping sont les avatars contemporains de phénomènes anciens de culte de la personnalité. »

Continuons d’arpenter quelques autres chapitres du livre susceptibles de nous toucher justement aujourd’hui. 

Dans le premier chapitre, Un Monde De Chefs il se lance : « nous vivons une époque toute entière dominée par les chefs. Tant dans les régimes autoritaires qu’en démocratie, nous sommes gouvernés par une poignée de dirigeants qui organisent en notre nom la marche des affaires humaines. » On peut trouver des exemples similaires dans presque tous les pays en cette période de confinement.

En poursuivant ce chapitre on trouve la description de la façon dont la personnalité des présidents se reflète dans la politique : « le profil de Donald Trump, businessman mégalomane et narcissique entré par effraction dans la course à la maison Blanche, rappelle celui d’Andrej Babis, le président du gouvernement tchèque, ou Jair Bolsonaro. »

Dans son chapitre le Kitsch du pouvoir Martigny compare le pouvoir en Turquie et en Hongrie : « Recep Erdogan mime le nationalisme rigide du père de la nation turque moderne, Atatürk, tandis que Viktor Orban n’en finit pas de rejouer des scènes du passé hongrois- à commencer par le traité de Trianon, responsable du démembrement du pays en 1920- pour justifier son nationalisme frénétique. »

Tandis que dans le chapitre La dictature du cœur il raille la virilité du rôle d’homme politique : « (…) le leader peut choisir d’endosser une « masculinité », à travers une exhibition caricaturale des critères de la virilité (Berlusconi, Sarkozy, Trump, Bolsonaro, Orban, ou Erdogan). »

Et juste avant de conclure Martigny achève son dernier chapitre par cette description des acteurs politiques qui nous gouvernent. Ils «ne sont ni des monstres, ni des héros, ni des dieux, à moins que nous ne les tenions pour tels. Les Princes n’existent que parce nous les avons laissés s’approprier de la chose publique. Libre à nous de la reprendre pour la faire vivre. » “

* Vincent Martigny est Maître de conférences en science politique à l’Ecole Polytechnique et chercheur associé au CEVIPOF, membre du comité de rédaction de la revue trimestrielle Zadig et du 1 hebdo.

Il est producteur à France culture de l’émission l’Atelier du pouvoir

Table

Bigger than life

Chapitre Premier. Un monde de chefs

Une triple évolution

Des politiques rock stars

La solitude des Princes

Chapitre 2. Le kitsch du pouvoir

L’être contre le faire

La dictature du cœur

Ceci est mon corps

Chapitre 3. Incarnation 2.0

Une participation sans pouvoir

Les faux-semblants de l’authenticité

Chapitre 4. Parler faux

Les maladies du discours politique

Les illusions du parler-vrai

Chapitre 5. Le pouvoir en séries

Macron président, saison 1, épisode 1

La fin de l’innocence

Chapitre 6. Le pouvoir en séries

L’ère de l’arc narratif

La « house of cardisation » de la vie politique

Chapitre 7. Pour une autre incarnation

La « tyrannie du charisme »

Trois réponses à la crise de la politique

La compétence des « incompétents »

Pour une incarnation démocratique

Conclusion