Par Ayla Jean Yackley, paru le 2 avril dans Al-Monitor

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré le premier avril que la Turquie était confrontée à une “catastrophe historique” alors que le pays venait de vivre  son jour le plus meurtrier depuis le début de la pandémie de coronavirus. Il a mis en garde contre les “exploitations politiques” de la situation alors que son gouvernement se disperse à répondre aux critiques des maires d’opposition.

79 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures portent le bilan du 2 avril  à 356 morts, a déclaré le ministre de la santé, Fahrettin Koca. 2 456 nouveaux infectés ont été testées positifs et le pays compte désormais 18.135 cas confirmés, a-t-il déclaré. Le nombre de tests réalisés est passé à 18.135 par jour, soit près du double des chiffre enregistrés il y a seulement cinq jours.

Le virus a infecté 601 professionnels de santé en Turquie, a déclaré Fahrettin Koca mercredi. Cemil Tascioglu, un interne qui a enseigné à l’Université d’Istanbul, est le premier médecin à mourir après avoir été testé positif au coronavirus le 17 mars, a déclaré son fils dans un tweet. Tascioglu, 67 ans, a également été le premier professionnel médical à diagnostiquer la maladie chez un patient turc. M. Koca a déclaré qu’un professeur de médecine à la retraite était décédé jeudi. Une infirmière de 33 ans est décédée la semaine dernière.

Les pharmaciens ont averti qu’ils étaient eux aussi en danger, ce qui a incité le gouverneur d’Istanbul à réduire d’une heure leurs journées de travail. La Chambre des pharmaciens d’Istanbul a déclaré la semaine dernière que ses membres tombaient malades, car les patients diagnostiqués avec le COVID-19 étaient “obligés de se rendre pharmacie pour leurs ordonnances, ce qui fait de nos pharmacies un point focal dans la propagation de l’épidémie”.

Un ferry grec affrété par une compagnie turque a été mis en quarantaine au large du port du Pirée (Athènes) après que 120 des 383 membres de l’équipage et des passagers aient été testés positifs. Le bateau compte 160 membres d’équipage turcs à son bord, a déclaré à CNN Turk l’ambassadeur de Turquie en Grèce.

(…) Mercredi, M. Koca a publié pour la première fois les lieux où des cas ont été recensés en Turquie, montrant que la majorité – 8 852 – se trouvait dans la plus grande ville du pays, à Istanbul, suivie par 853 cas à Izmir et 712 dans la capitale Ankara, à la date du premier avril,  mercredi. Le virus s’est maintenant répandu dans les 81 provinces de Turquie, a-t-il déclaré. Il a partagé des données montrant qu’un patient infecté avait transmis le virus à 30 autres.

La révélation qu’Istanbul était l’épicentre avec 60% des cas de la nation a incité son maire, M. Ekrem Imamoglu, à réitérer son appel au gouvernement pour qu’il émette un ordre de confinement pour la ville de 16 millions de personnes. Alors que le gouvernement a restreint les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur d’Istanbul et a exhorté les Turcs à rester chez eux, Erdogan n’a pas encore réussi à prononcer un ordre de verrouillage total, arguant que les “roues de la production” doivent continuer à tourner pour que l’économie continue à fonctionner. Istanbul représente plus d’un quart de la production nationale de la Turquie.

“Au moment où nous vivons une catastrophe historique, nous sommes en meilleure position que beaucoup d’autres pays, mais cela ne suffit pas. Nous menons notre lutte sans céder à la panique, avec des mesures intelligentes, équilibrées et réalistes”, a déclaré M. Erdogan aux maires de son parti et de son partenaire nationaliste lors d’une vidéoconférence diffusée en direct par les chaînes de télévision.

Les maires des trois plus grandes villes de Turquie, qui sont toutes contrôlées par le CHP, principal parti d’opposition, n’ont pas participé à la réunion. Imamoglu et le maire d’Ankara ont intenté un procès contre un décret gouvernemental qui a mis fin aux collectes de fonds municipales destinées à aider les résidents à faibles revenus. L’interdiction est intervenue après qu’Erdogan ait annoncé sa propre campagne nationale, et il a suggéré que les efforts caritatifs rivaux des villes constituent une forme de séparatisme.

Les professionnels de la santé craignent que le bras de fer politique entre l’État et les autorités locales ne mette à mal les efforts déployés pour contenir la contagion, a rapporté Al-Monitor.

Jeudi, le président a émis une mise en garde voilée contre les efforts des rivaux pour “diluer” et “ternir” la campagne nationale de collecte de fonds. “Notre peuple donnera la réponse appropriée à ceux qui pensent qu’ils sont en dehors et au-dessus de l’État de la République turque. J’affirme clairement que ceux qui tentent de dynamiter un projet qui symbolise le partenariat de 83 millions de citoyens sont au-delà de toute négligence”, a-t-il déclaré. “La conscience de masse n’oubliera pas ceux qui dans un moment comme celui-ci se sont engagés dans l’exploitation politique “.

La plupart des dons initiaux de la campagne d’Erdogan provenaient d’entreprises publiques et de fonctionnaires. Depuis, ces dons comprennent aussi l’argent venu des clubs de football, des familles et des minuscules communautés de minorités religieuses de Turquie, ce qui a permis de récolter 552,5 millions de lires (84 millions de dollars).

La demande d’aide du gouvernement central va alimenter “les soupçons que le trésor est vide”, a déclaré sur un site d’information Ahmet Davutoglu, l’ancien premier ministre d’Erdogan qui a rompu avec lui pour former un nouveau parti. “Si vous ne voyez pas que la crise économique brûle les ménages, nous devons tous nous inquiéter d’une explosion sociale”.

Le gouvernement a mis en place un plan de sauvetage de 15 milliards de dollars, principalement sous forme de garanties de prêts et d’allégements fiscaux. Les aides directes en espèces destinées aux personnes touchées par un fort ralentissement économique représentent une petite partie de l’aide. Mais l’augmentation des dépenses militaires lors de deux campagnes militaires en Syrie au cours des six derniers mois et l’utilisation des réserves internationales pour soutenir la lire, frappée par un choc monétaire en 2018, pourraient peser sur les finances de l’État.

Les exportations turques ont chuté de 18 % en mars, faisant chuter le chiffre du premier trimestre de 4 % à 42,8 milliards de dollars, a déclaré jeudi le ministère du commerce, citant l’impact économique de l’épidémie sur les marchés étrangers. Une industrie du tourisme de 35 milliards de dollars ne reprendra pas avant les vacances de l’Aïd al-Fitr, qui commencent le 24 mai, a déclaré le ministre du Tourisme Mehmet Nuri Ersoy. Turkish Airlines a prolongé son interdiction sur les lignes internationales jusqu’au 1er mai, mais les vols ne reviendront pas à la normale avant la fin du mois de juin, a-t-il déclaré. La Turquie limite également les vols intérieurs et a fermé le deuxième plus grand aéroport du pays.

Les institutions financières internationales réduisent les perspectives de croissance de la Turquie, la Bank of America étant la dernière en date avec une prévision de contraction de 2,3 % en 2020, selon Bloomberg. Pour l’instant, le gouvernement s’en tient à son objectif de croissance de 5 % cette année.