Ce livre de Nicolas Elias est le résultat d’une enquête sur les partages de la musique dans les montagnes de Turquie

L’enquête dont il est question ici vise à saisir la production musicale dans ses ressorts les plus politiques: comment une société se structure-t-elle dans un certain partage de la musique ?

“Les montagnes pontiques : des montagnes escarpées et pluvieuses au pied du Caucase, dont les habitants sont réputés dans tout le pays pour leur supposée niaiserie et leur passion des armes à feux. On est là dans un monde rural, à l’économie encore partiellement pastorale. Un monde d’hommes surtout, où les femmes sont dites « données » et « prises ». On y danse et on y chante principalement au son nasillard du kemençe, une petite vièle en bois à trois cordes, lors d’événements collectifs qui mobilisent à l’occasion plusieurs centaines de personnes.

Domination des hommes qui dansent « dressés » sur les femmes qui dansent « lisses », rivalité entre les localités les plus pauvres, tensions entre les hommes pour le pouvoir de mener les autres, violences et vexations infligées à celui qui se pique de « faire l’artiste », l’enquête présentée ici vise à saisir la production musicale dans ses ressorts les plus politiques. Et d’abord : comment une société se structure dans un certain partage de la musique ?”.

Du même auteur lire aussi: https://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2085

Anthropologue, ancien pensionnaire de l’IFEA (Institut français d’études anatoliennes, Istanbul) Nicolas Elias est Maître de conférence à l’INALCO. Il est aussi l’auteur de Lavta, Etude pour un luth d’Istanbul (Éditions Isis et les Cahiers du Bosphore, Istanbul 2012).