Doctorante en histoire à l’EHESS et chargée de cours à Sciences Po Paris (Campus de Menton- Moyen Orient et Méditerranée) Zeynep Bursa Millet a brillamment soutenu le 29 janvier 2020 sa thèse intitulée « Le Foyer des intellectuels. Sociohistoire d’un club d’influence de droite dans la Turquie du XXsiècle ». La thèse était dirigée par Hamit Bozarslan. Le jury composé des professeurs et directeurs de recherche Ahmet Insel, Alexandre Toumarkine, Elise Massicard, Nathalie Clayer, Yves Déloye, Christophe Charle s’est unanimement prononcé pour l’octroi du titre de docteur.

La thèse porte sur un club d’influence de droite, le Foyer des intellectuels (Aydınlar Ocağı) qui “a doté l’État turc d’une nouvelle idéologie, la « synthèse turco-islamique ». “Cela lui a permis de se relégitimer après le coup d’État de 1980. Si les membres les plus actifs du Foyer des intellectuels ne sont généralement pas directement entrés dans la vie politique, ils ont su préserver une position privilégiée de « philosophes-roi » qui leur a permis d’être omniprésents dans la vie politique, culturelle et économique turque. Le succès de ce club a résidé dans sa capacité à œuvrer au rétablissement de l’autorité de l’Etat turc à travers la reformulation de l’idéologie officielle et l’inspiration d’une série de réformes d’envergure.
Fondé en 1970 et composé majoritairement d’universitaires, le Foyer compte à ses débuts 63 membres, issus des différents courants de la droite turque et il est resté relativement fermé au cours des années 1970.
Cette thèse propose une biographie collective des membres du Foyer des intellectuels pour comprendre comment ceux-ci se sont réunis et comment ils sont parvenus à construire des réseaux politiques et intellectuels intégrant les dirigeants des partis politiques de droite, des universitaires et des journalistes de renom, les meilleurs espoirs de la jeunesse nationaliste, et jusqu’à des membres des Forces armées et des institutions de la bourgeoisie turque.” voir:http://cetobac.ehess.fr/index.php?1239