Titre de la thèse de doctorat de Noémie Rebière étudiante à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8 et soutenue le 5 décembre dernier. Tous les membres du jury étaient présents malgré la grève des transports. Il s’agissait de Nora Seni (directrice), Béatrice Giblin (présidente), Ahmet Insel (rapporteur), Alain Beltran (rapporteur) Viviane du Castel (examinatrice), Emmanuel Hache (examinateur).

La thèse porte sur le tronçon turc du gazoduc TANAP qui fait partie du Corridor gazier sud-européen censé amener le gaz de l’Azerbaïdjan en Europe. Le texte élabore une méthodologie qui interroge les notions de sécurité et de risque énergétiques, étudiés en termes géopolitiques. La démarche est généralisable, “modélisable”. L’appréciation du jury ne comporte plus de mention en France mais la présidente a déclaré que “si elles étaient maintenues cette thèse aurait mérité la mention “très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité”

Tout le monde s’est séparé avec l’agréable sensation d’avoir assisté à un joli moment de brillant accomplissement