Un tremblement de terre majeur a frappé Istanbul le 26 septembre. L’Observatoire de Kandilli et l’Institut de recherche sur les tremblements de terre ont annoncé que l’épicentre se situait dans la mer de Marmara et que la magnitude du séisme était de 5,7Mw. La magnitude a ensuite été révisée à 5,8.

L’Autorité publique de gestion des catastrophes et des situations d’urgence l’AFAD a annoncé que 17 répliques se sont produites après le tremblement de terre et que la plus importante fut de l’ordre de 4,4 Mw. Les écoles de la ville ont été évacuées par mesure de précaution.

Depuis le grand tremblement de terre du 17 août 1999 qui ravagea certains quartiers d’Istanbul en faisant 17 480 morts et 23 781 blessés, environ 10 000 personnes portées disparues et des centaines de milliers qui se sont retrouvés sans abri, les géologues ne cessent d’annoncer qu’un autre grand séisme de magnitude supérieure à 7 ébranlera Istanbul dans les trente années à venir. Bien qu’une sensibilisation de la population a pu être faite depuis 1999 la détermination des pouvoirs publics s’est quelque peu émoussée depuis et les espaces prévus pour les rassemblements d’urgence après séisme ont été occupés par d’autres fonctions.

Le président Recep Tayyip Erdoğan, a déclaré à ce sujet: “Il existe actuellement des dizaines de milliers de zones de rassemblement d’urgence à Istanbul dénombrés par l’AFAD”. Cependant le maire d’Istanbul Imamoglu, a déploré que les 2.864 parcs et lieux similaires désignés par à l’Autorité de gestion des catastrophes et des situations d’urgence (AFAD) comme zones de rassemblement d’urgence, soient dépourvus des qualités physiques requises à cet effet.

Pour lire la suite de l’interview du maire d d’Istanbul concernant le tremblement de terre et la situation d’Istanbul : http://bianet.org/english/life/213630-imamoglu-places-said-to-be-assembly-areas-don-t-have-necessary-physical-qualities