Le coordonnateur de l’action humanitaire régionale des Nations Unies pour la crise en Syrie, M. Panos Moumtzis, a déclaré Lundi 10 juin à Reuters que “près de deux millions de réfugiés pourraient fuir en Turquie si les combats s’intensifiaient dans le nord-ouest de la Syrie. “

Soutenue par la Russie l’armée syrienne a lancé une nouvelle offensive sur la province d’Idlib avec “des attaques aériennes et des combats au sol . Des dizaines de milliers de personnes ont déjà été contraint de quitter leur maison.

Panos Moumtzis n’a pas craint d’être alarmiste dans ses déclarations en disant “si cela continue, et si le conflit s’intensifie, nous pourrions voir réellement des centaines de milliers, un million, deux, en direction des frontières avec la Turquie”.

Il a ajouté “Nous assistons à une offensive qui vise vraiment – ou a un impact sur – les hôpitaux et les écoles dans les zones civiles, dans les zones où vivent la population et les zones urbaines – ce qui est contraire au droit international humanitaire”. Dans ce contexte, les combats s’intensifiant l’accord passé à Astana entre la Russie et la Turquie visant à désamorcer les combats n’est effectivement plus en vigueur.

Dans cette situation où la Russie et la Turquie occupent des positions d’adversaires en Syrie, l’un soutenant Assad et l’autre les djihadistes émanant d’Al Qaïda, la Turquie pourra-t-elle continuer à surenchérir en menaçant d’acquérir les S-400 russes contre la volonté des Etats Unis et renoncer aux avions F-35