Le colloque Les conservatismes turcs 1908-2018. Effets de générations, de filiations, de ruptures a eu lieu à l’EHESS, au sein de Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centre asiatiques – CETOBAC, les 28-29 mai. Les organisatrices, Zeynep Bursa-Millet, Béatrice Garapon et Dilek Sarmis ont souligné que ces rencontres avaient pour ambition d’étudier les phénomènes conservateurs de l’histoire sociale, politique, intellectuelle et littéraire de la Turquie, cela depuis la fin de la période ottomane jusqu’à aujourd’hui. A été posé la question des généalogies, des filiations et des ruptures au sein de la pensée conservatrice turque. Les interventions se sont attachées à comprendre en particulier la manière dont les conservatismes plus tardifs convoquent les héritages historiques, politiques et structurels.

Les communicants parmi lesquels Hamit Bozarslan, Erik-Jan Zurcher, Alexandre Toumarkine, Ahmet Insel, Timour Muhidine, Ilker Aytürk, Erdal Kaynar, Nathalie Clayer, Sevgi Adak, Dilek Yankaya, et Lucie Dreschselova ont présenté diverses approches méthodologiques, conceptuelles et historiographiques. Ils ont constaté que commençant par le 19ème siècle, le concept de “modernisation” a régné sur le débat politique et public. Ils ont débattu des différentes notions de conservatismes dont se sont revendiquées les acteurs d’une intelligentsia ottomane tout à fait hétérogène. Il apparaît clairement que pendant plusieurs décennies de la République de Turquie, ce débat a continué à marquer les mentalités des intellectuels. Quant au Parti de la Justice et du Développement et le Président Erdogan, ils ont utilisé et continuent à utiliser les différents composants du conservatisme, la religion, la famille, et la dé-sécularisation durant ces dernières quinze années. Ainsi s’est trouvé confirmé l’intérêt du concept de conservatisme pour débattre académiquement, politiquement de la Turquie contemporaine.

Les interventions ont progressé à travers différents domaines d’études, champs conceptuels, espaces et thèmes d’analyse tels que “les cercles d’intellectuels”, “les institutions”, “les débats d’idées”, “les mécanismes financiers”, les approches genrées des modes de vie, de la participation politique etc. Les participants ont présenté non seulement leurs cas d’études de façon détaillée mais ont animé des débats conceptuels et méthodologiques amplement sophistiqués. La publication des actes de ce colloque passionnant est attendu avec impatience.  

Pour information sur le colloque voir :   https://www.ehess.fr/fr/colloque/conservatismes-turcs-1908-2018

Pour télécharger le programme : https://www.ehess.fr/sites/default/files/evenements/fichiers/programme_conservatismes_turcs_28_29_mai_2019.pdf