Universitaires français et turques se sont réunis sur le place de la République le 27 mars courant en alertant l’opinion sur le risque d’emprisonnement des enseignants-chercheurs en Turquie. En effet Füsun Üstel prof émérite de Galatasaray, seule université francophone dans ce pays a été condamnée à la prison ferme pour avoir signé la fameuse pétition pour la paix en 2016.

Etienne Balibar a insisté sur la responsabilité de la France quant à la vigilance sur l’absence de libertés publiques en Turquie.

Quant à Azadeh Kian et Igor Babou iles ont dénoncé les purges dans l’enseignement supérieur dans ce pays.