NORA SENI, Hérodote, 2018/2 N° 169

Analyser les relations turco-iraniennes, c’est se laisser interpeller par la mystérieuse stabilité de la frontière territoriale entre ces deux pays qui demeure inchangée depuis quasiment quatre siècles, depuis les accords de Qasr-e Chirin signés en 1639. Surprenante dans une région qui ne cesse de reconfigurer sa géographie des nations, des religions et des ethnies, la pérennité du tracé qui sépare ces deux pays n’est pas aisée à expliquer. En effet, les tensions qui n’ont pas manqué de troubler leurs relations n’ont guère engendré jusqu’à nos jours de conflits aptes à modifier ces tracés.